ENSAIGNEMENT À DISTANCE

Conférence gesticulée
de et par
Christophe Rohou

3 dates et 3 lieux
de Landerneau à Morlaix
en passant par Lanmeur

Entrée libre au chapeau pour les 3 dates

Qu’est-ce qui se joue derrière la numérisation de l’École et l’enseignement à distance ?

En parlant des technologies numériques, parle-t-on d’innovation pédagogique, d’émancipation par le savoir, de démocratisation de l’École ? Ou serait-ce plutôt notre mise à distance programmée de la fabrication du savoir et de l’organisation du travail ?

Avec cette conférence gesticulée, Christophe Rohou explore ces questions, inscrites dans le long passé de l’École capitaliste et des mouvements ouvriers, en revenant sur sa propre histoire : celle d’un technophile ayant grandi avec l’idée d’un progrès technologique désirable et émancipateur partagé par tous.
Ingénieur pédagogique ayant rendu les armes, il nous interroge sur nos propres croyances qui voilent la transformation en cours, en se remémorant ce que son héros d’enfance (Albator, le pirate de l’espace) lui avait transmis…

 

De quoi parle la conférence gesticulée ?

L’enseignement à distance et la numérisation de l’Ecole sont inefficaces, ils l’ont toujours été.

La numérisation d’un enseignement, qu’il soit à distance ou pas, c’est beaucoup plus de temps pour tous. La massification de l’école a toujours été, dans notre histoire, une réponse à un besoin de main d’œuvre. Elle n’a jamais été pensée pour émanciper le peuple et l’égalité des chances est un mythe, preuves à l’appui. L’histoire de l’école de la République, c’est une mise à distance du peuple au savoir. L’école de Jules Ferry s’est inscrite contre les mouvements ouvriers afin de « retourner contre lui le savoir que le peuple revendique pour son émancipation ». Le savoir est un processus de construction sociale et travailler, c’est développer un savoir. L’école, le savoir et le travail sont intimement liés, et ce lien, c’est notre émancipation. A condition d’en avoir la maîtrise. L’idéologie du progrès nous empêche de penser correctement la numérisation de l’école en renforçant la croyance que l’innovation pédagogique serait l’arme ultime pour gommer les défauts de l’école et que le progrès technologique serait équivalent à un progrès social.

Burn out, harcèlement et placard, que se passe-t-il lorsqu’on revendique trop son savoir dans le monde du travail capitaliste ? Comment un placard est-il finalement un symptôme évident du monde à distance qui s’installe, et le juste dispositif du pouvoir à mi-chemin entre la société disciplinaire et la société de contrôle ?

Le néo-libéralisme, la société ingouvernable et l’homme inadapté

Pourquoi l’enseignement à distance et la numérisation de l’école sont les dispositifs rêvés des néo-libéraux, face à un homme qu’ils considèrent comme inadapté à sa propre histoire, inadapté au marché, qu’il faut contraindre à l’accepter ? Comment les industries de programme et les Educatives Technologies (EdTech) s’inscrivent parfaitement dans cette histoire moderne ?

En refaisant le chemin de sa propre histoire, Christophe Rohou prend acte de ses failles avec ces questions :

  • Comment j’ai accepté le capitalisme en moi et le management en moi ?
  • Comment j’ai compris les raisons qui m’y avaient fait croire ?
  • Et comment s’en détacher ?

Cette conférence propose, on laura compris, un panorama sur ce qu’on peut nommer « un vaste hold-up », qui se déroule sous nos yeux mais en dehors de notre compréhension.

LES DATES ET LES LIEUX