MAIN BASSE SUR L’ÉNERGIE – 7 AVRIL 2023

Vendredi 7 AVRIL 2023 à 19h30
Salle du Cheval Blanc
Plourin-lès-Morlaix

Peu d’entre nous savent au fond que nous nous sommes mis à remplir les poches d’une infime minorité et que l’électricité est devenu en grande partie un polar de série B !

Réalisé par Gilles Balbastre(1) en 2018, « Main basse sur l’énergie » est un documentaire  produit par la fédération des mines et de l’énergie de la Confédération générale du travail (FNME-CGT) et par le site d’information critique Là-bas si j’y suis.

______________________________

(1) Gilles Balbastre a co-réalisé « Les nouveaux chiens de garde » en 2012 avec Yannick Kergoat, que nous avons invité récemment pour son film « La très grande évasion »

Depuis 2007, le secteur de l’énergie est entièrement ouvert à la concurrence, mais c’est à la fin des années 90 qu’a débuté le démembrement du service public incarné par EDF et GDF dans le cadre d’une série de lois libérales.

En six épisodes pédagogiques, ce documentaire révèle les coulisses d’un hold-up sur l’énergie perpétré depuis plus de vingt ans. Dans un style parodique empruntant ses références au feuilleton culte des années 60 Les Incorruptibles, le film de Gilles Balbastre met en scène le «syndicat de la casse des services publics» et met en lumière une sorte de mafia de l’énergie avec ses nouveaux gangsters, ses politiciens plus ou moins véreux et ses résistants, les nouveaux Eliot Ness, garants d’un service public de l’énergie plus que jamais indispensable.

Faute d’information, la plupart d’entre nous mesurons mal les conséquences de cette dérégulation.
Crédit image : Freepik

La hausse exponentielle des factures, l’accroissement de la précarité énergétique, sont la partie visible de l’iceberg. La partie immergée, la plus importante, est peu perceptible. Les médias, une fois de plus, ne se donnent pas la peine de l’éclairer.
Et pourtant nos concitoyens seraient en droit d’être un minimum informés sur ce qu’on peut nommer « un vaste hold-up », qui se déroule sous nos yeux mais en dehors de notre compréhension.

Après la projection, un échange avec Johan Laurent, responsable Bretagne de la FNME-CGT, a permis de répondre aux nombreuses questions du public et d’approfondir le sujet.